Première pluie, premier amour, belle découverte

Première pluie/Early Rain (초우) est un classique peu connu, mais apparemment très populaire en Corée. C’est l’ami Pierce Conran de Modern Korean Cinema qui a attiré mon regard sur ce film. Et comme il est visible sur Youtube, gratuitement, avec sous-titres anglais, via la chaine de la Korean Film Archive, il était facile de se … Lire la suite

Kim Tae-yong’s brand new look on a korean classic

Director Kim Taeyong 김태용 (Late Autumn 만추, Memento Mori…) has directed a special modern rendition of the oldest silent korean film still existing, 청춘의 십자로 (Crossraods of youth), dating from 1934. As only some reels of the film have been found, Kim Tae-yong has made a new edit so that the film is understandable. Dialogues … Lire la suite

Kim Ki-young, le feu sacré

La sortie en salles françaises de La servante 하녀 de Kim Ki-young 김기영 est l’occasion de ressortir un long article que j’avais fait sur ce réalisateur adulé des cinéphiles coréens. Ce texte initialement fut prévu pour une revue qui ne fut pas publiée (Asiascope, bloquée à l’imprimerie par manque d’argent), il a finalement accompagné un … Lire la suite

La Corée au ventre (sur Mèere porteuse et Kang Soo-yeon)

Le nouveau film de Im Kwon-taek, Hanji, me fait forcément repenser à l’article sur Mère porteuse que j’avais fait pour le magazine du Festival des Trois Continents de Nantes, Continent Zéro. Magazine qui fut une expérience fabuleuse de cinéphilie partagée dans la joie, d’exercices de style journalistiques brillants. Expérience malheureusement unique, qui resta un « magazine … Lire la suite

Late autumn, strangers’ season

Why Late Autumn (만추 say « manchoo ») released since a couple of days in Korea, is the actual Korean film worth to be seen nowadays, especially by foreigners ? A first reason could be that it’s not only a Korean film, but a Korean-american-chinese coproduction. It tells the encounter of a Chinese woman, Anna, and a Korean … Lire la suite

On Late Autumn per decade

          Late Autumn is a monument in Korean cinema history : this story has been told already three times since the sixties, by three of the most prominent directors of the country. At first, by Lee Man-hee in 1966. Those who had the chance to saw it speak about a masterpiece, but unfortunately … Lire la suite

  • So few words (Archive)

  • As time goes by

    octobre 2017
    L M M J V S D
    « Sep    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • 반찬